[Test] Professeur Layton et la boîte de Pandore

14 octobre, 2009

Après avoir résolu le mystère de l’Etrange Village, conquis le coeur des gamers (et des gameuses) du Japon comme du reste du monde, le plus gentleman des détectives virtuels est de retour sur Nintendo DS. Avec son assistant, Luke, le Professeur Layton s’attaque cette fois-ci à un artefact légendaire et meurtrier: la boîte de Pandore. Le scénario commence sur les chapeaux de roues avec la mort du mentor de Layton…

Comme dans l’opus précédent de cette série de point and click, le joueur est invité à résoudre des mini-énigmes et problèmes mathématiques. Près de 150 pièges et calculs vous attendent dans tous les recoins du train Momentary Express. Si les premiers puzzle de l’épisode I m’avaient paru simplissimes, j’ai rapidement buté sur les nouvelles. Un chouia trop de chiffres pour moi?

Pour le reste, les bases du jeu ne varient pas d’un pouce. Les cinématiques, toujours aussi sympathiques, rythment agréablement le scénario. Les personnages tout en finesse restent aussi attachants que dans « l’Etrange village ». La musique garde les mêmes sonorités intrigantes. La même, puisqu’on vous le dit! Presque trop, en fait.

Les plus:
– Les personnages, la musique, les choix graphiques… le charme « old school » de l’univers du Professeur Layton fait mouche, une fois de plus (en sera-t-il de même dans le film éponyme? :D)
– Les intrigues sont nombreuses, variées, piquantes
– Les bonus (intrigue de la semaine à télécharger, mini-jeux dans la valise du Professeur,…) varient agréablement de la trame centrale

Les moins:
–  Pas facile de faire évoluer un titre à succès. Pas de changement intéressant dans le gameplay ou les mécanismes par rapport au premier…
– Zut! Pourquoi on ne peut pas profiter des voix anglaises, bien plus vivantes que le doublage français?

Note finale:

Un 17/20, haut la main!

A lire aussi: le test de Widgamer


[Test] The secret of Monkey island sur iPhone

6 août, 2009
Guybrush Threepwood

Guybrush Threepwood

Il est blond, aime les poulets en plastique montés sur poulie et s’entraîne aux duels d’insultes. Guybrush Threepwood, l’aspirant pirate le plus célèbre du monde du jeu vidéo est de retour… sur iPhone. Depuis 1990, la série de jeux Monkey island compte parmi les titres Lucas Art les plus plébiscités. Des classiques.

Pour l’iPhone, LucasArt a revisité son premier titre, The secret of Monkey island. Et tente l’importation d’un point and click sur iPhone.

Tout irait pour le mieux si le tactile d’Apple ne venait pas freiner la progression, encore une fois trop approximatif et brouillon. Catastrophe: les doigts sont censés déplacer un curseur sur l’écran… Dur dur de bien cliquer! Et les plantages occasionnels de l’application viennent encore gâcher le plaisir.

Mais oui, l’histoire et les intrigues sont toujours sympathiques. Les graphismes « old school » ont leur charme. LucasArt a bien prévu les sauvegardes, disponibles sur une simple rotation du téléphone. Et les astuces débloquées en secouant l’iPhone – ingénieux!

Les graphismes de l'appli ont un côté rétro plutôt séduisant

Les graphismes de l'appli ont un côté rétro plutôt séduisant

Les plus:

– Scénario et énigmes toujours aussi déjantés
– Musique, bruitages et voix bien travaillés
– Rapidité de la sauvegarde parfaitement adaptée à la mobilité

Les moins:

– Au secours! Gameplay tout pourri qui ne parvient pas à contourner l’imprécision du tactile made in Apple
– Les temps de chargement, handicapants pour des sessions de jeu très courtes
– Le double clic est censé effectuer l’action la plus évidente par rapport à l’objet sélectionné (par exemple: en cliquant sur une personne, Guybrush devrait effectuer l’action « parler »). Mais le fonctionnement est si mauvais que cela ne fonctionne qu’une fois sur trois…

Note finale:

Un petit 11/20, tant la prise en main pénalise le tout
Prix: 5€99


Aion: premières impressions

20 juin, 2009

Fiche technique: Aion – The tower of eternity est un MMORPG à l’univers onirique et éthéré. Ce titre est édité et développé par NCsoft, éditeur coréen de jeux en ligne à succès comme Linage II, GuildWars et City of Heroes. Aion est sorti en novembre 2008 en Corée, puis en Chine et est prévu en septembre 2009 pour les USA et l’Europe. Il sera disponible en français.

AionPas de clé béta Aion pour Ykio, mais en bons squatteurs, on s’est incrustés chez l’un des heureux testeurs. Ce qu’on en a retenu.

1. Perso, j’aime bien…
Jambes interminables, tailles de guêpe et visages d’albâtre, la beauté lisse des personnages féminins a été particulièrement soignée. Plus remarquable encore, la fluidité générale des gestes et des mouvements. Votre casteur entame son incantation sans saccade, ouvrant son livre de sorts, avec une gestuelle d’une élégance rare. Et ça en jette.
Petit bonus: les animations marrantes lorsque l personnage est délaissé pendant quelques instants. Mais était-il nécessaire de lui faire croquer un jambon?

2. C’est un oiseau, c’est un avion? Non, c’est super Aion!
« Tu te rends compte? Dans Aion, on a des ailes à partir du niveau 10! On peut voler! ».  La béta s’arrête au niveau 10 – difficile de bien apprécier. Sur un Asmodien, ça avait l’air un peu noirâtre et riquiqui… A voir au fil des niveaux. Lire le reste de cette entrée »


[TEST] Prototype: un jeu qui déchire!

17 juin, 2009

 

Alex Mercer possède des pouvoirs meurtriers

Alex Mercer aime ses kikoo-pouvoirs

Cette semaine, votre serviteur vous fait part de sa première expérience de jeu avec PROTOTYPE, le nouveau hit d’Activision, sorti le 12 juin dernier sur les supports PS3, PC et Xbox.

Bon, encore une fois vous aurez compris dans le titre que je vais faire preuve de grande objectivité 😉

Entrons tout de suite dans le vif du sujet. Vous êtes Alex Mercer, un être apparament marginal, doté d’une forte personnalité d’increvable. Ce qui est normal, puisque vous êtes en même temps une bombe humaine à retardement, bourré de mutations qui vous donnent des pouvoirs étranges, mais potentiellement très puissants. Lire le reste de cette entrée »


[Test] Myst sur iPhone

14 mai, 2009

Plus de quinze ans après sa sortie sur Mac et PC, le célébrissime jeu d’aventure et d’énigmes Myst s’installe sur iPhone. Et promet à nouveau de longues heures de triturage de cervelle…

Le bruit des vagues, le souffle du vent. L’île, sans personne à qui parler. Juste une lettre, à même le sol, quelques phrases à peine. Et tout un monde à découvrir. Bienvenue dans Myst.

Quelques pas sur l'île de Myst

Face à la bibliothèque. Il fait bon y bouquiner...

Lire le reste de cette entrée »


[Test] Mystery Case Files MillionHeir – Nintendo DS

28 avril, 2009
La boîte du jeu

La boîte du jeu

Evidemment! Le poisson était derrière le râteau. Juste à côté de la courgette géante… Par contre, impossible de mettre la main sur la tête de cheval.

Bienvenue dans le capharnaüm de Mystery Case Files – MillionHeir. Ce titre pour Nintendo DS, produit par le studio Big Fish Games, propose au joueur de dénicher les ustensiles, légumes ou animaux les plus improbables dans des pièces remplies de bric-à-brac.

Du planétarium à la mine en passant par le saloon, pour mener l’enquête, le détective doit repérer chacun des objets qu’on lui a listés. Un jeu de recherche plutôt soigné, comme il en existe déjà sur PC, mais amélioré de quelques gadgets, comme la lampe de poche pour s’y retrouver dans le noir.

Lire le reste de cette entrée »


Critique anime: Code GEASS

13 avril, 2009

codegeass2Code GEASS « Lelouch of Rebellion », c’est le nom étrange de la série d’anime que je viens malheureusement de terminer cette après midi. Et j’ai trouvé ça tellement bien que je me suis dit qu’un p’tit billet promo, ça ne pouvait pas lui faire de mal.

Code GEASS est un anime récent (2006-2007) non distribué en Europe, si je ne me trompe. Il faudra donc aller voir du coté des fansub pour  récupérer l’un des 52 épisodes (sur deux saisons).

Le scénario en lui-même tourne autour d’une base classique mais solide : noblesse, vengeance, rébellion, oppression, guerres et conquêtes. Notre héros est tout sauf  l’archétype du bourrin: pour combattre ses adversaires, Lelouch privilégie la stratégie plutôt que les muscles.  La série produit également tout le long des personnages très attachants, dont le character design porte la patte du  studio CLAMP.

Lire le reste de cette entrée »